A propos de COPABO COOP-CA

Créée en 1999, la COPABO (Coopérative des Producteurs Agricoles de Bondoukou)  regroupe des petits producteurs de noix de cajou brutes. Depuis 2004, des femmes ont été intégrées en tant que membres dans la coopérative pour initier la transformation de la noix de cajou en amandes.

Membres du Conseil d’Administration

La coopérative COPABO se situe dans la région du Gontougo en Côte d’Ivoire et elle a pour activité la collecte et la commercialisation des produits tels que la noix de cajou en premier lieu, puis l’igname, le café et le cacao.

Bien que les femmes de cette région rurale, comme dans la plupart des régions rurales de la Côte d’Ivoire, n’ont pas accès à plusieurs services tels que l’éducation, les structures socio-politiques locales, elles sont par contre traditionnellement très actives dans la transformation agro-alimentaire des matières premières.

Pour répondre donc à leurs besoins et pour palier à certaines marginalisations, les femmes de la région du Zanzan se sont regroupées au sein de la COPABO (Copabo, 2014). Les femmes membres de cette coopérative se sont orientées vers le décorticage de la noix de cajou, activité qui n’était pas représentée auparavant car la majorité des coopératives exportaient la noix de cajou brute vers l’Inde, là où elles étaient décortiquées. En plus de l’activité de décorticage de la noix de cajou qui se fait désormais à COPABO et qui constitue une valeur ajoutée, les managers ont inscrit la coopérative dans le commerce équitable pour le profit des décortiqueuses.

PHOTO-DE-GROUPE
Les membres de la coopérative à la 15 ième AG, le 17 mars 2016

En plus de la stabilité que procure le commerce équitable aux membres de COPABO, cette activité a de nombreuses potentialités telles que la garantie des prix et des marchés grâce au débouché équitable, la commercialisation d’un produit semi-transformé à haute valeur ajoutée beaucoup moins sensible aux aléas du marché, la valorisation du travail des femmes, et les capacités de commercialisation et exportation. Le commerce équitable permet aux femmes membres de cette coopérative d’être payées de 40 à 70% de plus que les intermédiaires locaux ne paient, ce qui constitue une valeur ajoutée extraordinaires pour les producteurs.

groupements de femmes constituent des sous-sections de la coopérative. Ces groupements se sont organisés pour faire du décorticage une activité économique durable. Inhérentes à la coopérative, ces groupements de femmes participent aux différents processus de décision. La COPABO, depuis longtemps exportatrice de noix de cajou brutes, est désormais exportatrice d’amandes et contribue à faire des femmes et des hommes des acteurs de l’économie locale .

10 millions de FCFA

La Coopérative des producteurs agricoles de Bondoukou (COPABO) a réalisé un excédent  financier de 10 millions de francs CFA au titre de l’exercice 2015

 

 

 

2000 T Vendues
La Coopérative a commercialisé 2000 T et transformé 70 T de noix de cajou, en ajoutant la vente de cacao COPABO tenu un chiffre d’affaires de 900 millions FCFA en 2015. Elle a dégagé un excédent de 10 millions FCFA après avoir effectué des dépenses qui s’élèvent à 800 millions de francs.
52 millions de FCFA
Une prime de développement de plus de 52 millions FCFA après la vente de ses produits, a permis de mener quelques actions sociales en faveur de ses membres, notamment le don de bottes, de limes et de machettes pour l’entretien des plantations ainsi que de kits scolaires aux enfants.
La coopérative COPABO collecte la matière première, soit les noix de cajou brutes, auprès de ces membres producteurs, puis les noix de cajou sont réparties les 3 unités de transformation.

La transformation

image traité 3

Dans les usines de transformation les noix de cajou sont fragilisées à la vapeur puis séchées avant le décorticage (Une action semi-mécanisée qui consiste à placer la noix dans une machine qui casse la coque de la noix en deux). Une fois décortiquées elles sont légèrement torréfiées au four pendant six heures afin de permettre le dépélliculage (Cette action est manuelle. Elle consiste à enlever la peau qui entoure les amandes à l’aide d’un petit couteau). Les amandes dépélliculées sont ensuite triées par grades et transférées vers la plateforme de conditionnement.

La plateforme de conditionnement

copabo2

La coopérative COPABO dispose d’une unité consacrée au conditionnement des amandes. Cette plateforme de conditionnement est une étape importante dans la logistique export. Toutes les noix transformées arrivent dans cette  unité, les amandes y sont contrôlées une dernière fois avant d’être emballées dans des sachets PP/ PP transparents sous vide. Une fois les amandes sous vide, la COPABO prend soin d’observer la qualité des sachets avant de les mettre en carton

La qualité

102
  • Le taux d’humidité des amandes est compris entre 2,30 et 3,60%
  •  Des analyses régulières contrôlent le taux d’humidité, les aflatoxines et les paramètres microbiologiques
  •  Chaque sachet d’amandes contient les informations nécessaires : le numéro de lot, date d’emballage, grade …. afin de garantir une traçabilité optimale